Prochaine AG

Mardi 26 octobre 2010 à 14h00 devant la Présidence.

vendredi 21 décembre 2007

XXXII

32. C'est le nombre de jours qu'aura duré l'occupation des locaux de l'UPPA(Université Populaire Paloise Autogérée), durant lesquels nous avons découvert des personnalités admirables:
- le président lui-même, Mr Hualdeborde, débordant d'une déresponsabilité certaine et disposant de moyens de communication restreints à de simples messages électroniques non dactylographiés par sa main droite;
-Mr Machu, doyen de Lettres, collègue d'un jour, ennemi d'un soir;
-Mr Loudet, doyen de Sciences, détenteur d'une définition du terme "scientifique" qui lui est personnelle;
-Mr Lemoulan, doyen de Droit, spectateur assidu de la très sympathique intervention des individus aux lacunes capillaires flagrantes: nous voulons ici parler des CRS(Coordination Révolutionnaire Salutaire).
Face à ces figures emblématiques de l'administration universitaire paloise, nos Assemblées Générales demeurent comme les seuls lieux d'expression et de débat concernant la loi relative aux Libertés et Responsalités des Universités(LRU).Aux votes exemplaires organisés par des étudiants du Comité de Lutte et des étudiants défavorables au blocage, s'ajoutent nos délégations reçues aux différents Conseils d'Administration, où nos motions "auraient été entendues"...
Par un mail provenant de la présidence appelant à la reprise des cours le jeudi 6 décembre, les étudiants palois auront eu la connaissance de sa mauvaise foi et de son insouciante inconscience, puisque l'Assemblée Générale de l'avant-veille avait statué sur la continuité du blocage.
Preuve de son incapacité décisionnelle, l'intervention des CRS - outre, une première fois à 7h et quelques - ne s'est réalisée qu'à 8h45, pour une reprise des cours initialement prévue à 8h. Ironie Circonstancielle?
Nous autres "dégénérés et petits cons", selon les dires du doyen de Droit, avons été capables d'organiser dees manifestations d'envergure, des actions regroupant plusieurs centaines de personnes. Ces dernières, ingénieuses, ont été aussi nombreuses que réussies: péage gratuit, blocage du rond-point d'la foire expo, lavage du linge sale en famille, pièce de théâtre visant à expliquer la LRU à la mairie et à la Place Clémenceau, action au local UMP.
Par ailleurs, le soutien apporté par les lycéens palois(de St Cricq, St John Perse, Barthou) et de Lescar a signifié l'ampleur de la mobilisation, cependant étouffée par des administrations à la solde de leur hiérarchie gouvernementale.
Après tant d'efforts ostensiblement mis à mal par le président, nous ne pouvons nous résigner devant l'acharnement affiché par un quelconque groupuscule administratif(et vous savez ce qu'elle vaut et à quoi elle sert l'administration de notre mère patrie) de nous faire admettre un fatalisme béât, prouvant ainsi l'absence totale de prise en compte de nos revendications légitimes, intersyndicales, asyndiquées, altermondialistes et anarchistes.
Sous nos aspirations marxo-communo-lenino-trotsko-stalino-stakhano-mao-khmer-anarcho
-facho-terroristes, nous condamnons ouvertement la manipulation administrativo-médiatico-politique visant à restreindre nos luttes savamment construites en de vulgaires agissements n'ayant aucune raison d'être aux yeux de nos dirigeants, dont la devise se résume en ces termes: FERME TA GUEULE ET MARCHE DROIT DE PREFERENCE BIEN A DROITE.


Le Comité de Lutte.

9 commentaires:

Rima a dit…

Tout simplement vrai...

Anonyme a dit…

FERME TA GUEULE ET MARCHE DROIT DE PREFERENCE BIEN A DROITE
....


Et alors ?

Anonyme a dit…

c'est clair et alors?

Le Petit Robert a dit…

Sans déconner les gars que vous jouiez les victimes passe encore (certes avec les sourire) mais quand vous écrivez vos conneries essayez au moins de faire ça dans un français à peu près correct du point de vue l'orthographe et de la grammaire...

Mari a dit…

ET ALORS ???
Alors, peut être qu'à la différence de toi, tout le monde n'a pas envie de fermer sa gueule, de marcher droit et encore moins à droite... ça s'appelle de la liberté d'expression/d'opinion mais même ça on essaye de nous l'enlèver. Mais compte sur moi "anonyme"* pour résister, car pour que je me taise, il faudra attendre ma mort...

*tu as laissé tes testicules à la maison pour éviter de signer ?

un historien amusé a dit…

ça me fait marrer les gars qui réunissent des étudiants qui veulent juste sécher les cours et qui se vantent d'avoir mobilisé toute une communauté d'individus victimes de la politique pseudo-fasco-raciste de notre dictateur national (un avis partagé uniquement par la gauche marrant non). L'administration universitaire a agit de maniere irresponsable je suis bien d'accord et elle n'a fait qu'empirer les choses. Mais au final le vote aux AG a révéler que finallement cette histoire n'était qu'un pétard mouillé et que peu de gens sont près a "sacrifier leur diplome pour la liberté de l'éducation"

Jonathan a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Jonathan a dit…

Bonjour " le petit robert"!Les lacunes orthographiques et grammaticales de cette lettre que tu sembles soulever - sans toutefois les citer - ne sont en rien dommageables quant à la syntaxe de ton commentaire qui reste à améliorer, elle. Oh! Gentil et compréhensible petit dictionnaire, pourrais-tu éclairer mon [ peut être notre ]ignorance et apporter aux mots contenus dans cet écrit les maux que tu daignes leur adresser? Infiniment, merci! (...Jonathan, l'un des deux rédacteurs du texte "XXXII").

Jérémie a dit…

Je ne suis pas palois, je ne suis plus étudiant, je n'étais pas étudiant palois.
Je voudrais cependant exprimer quelques remarques, qui me semble-t-il dépassent le cadre de ce débat :
- Il est faible d'attaquer des idées sur la manière dont elles sont exprimées.
(Surtout que tu n'est pas irréprochable, cher petit Robert, relis-toi).
- La droite elle-même commence ouvertement à critiquer - parfois durement - la manière de gouverner de notre gouvernement.
- Des étudiants qui s'engagent, restent plantés des heures, prennent des risques à visage découvert, s'organisent, mettent leur diplôme en jeu, ne sont à mon humble avis pas des branleurs qui veulent sécher les cours. Quand on va à la fac, on en attend quelque chose. Sinon on y va pas...
- Ce n'est pas tout à fait le même débat mais c'est vaguement lié : "Qui est prêt à sacrifier un peu de liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre." (Thomas Jefferson)