Prochaine AG

Mardi 26 octobre 2010 à 14h00 devant la Présidence.

dimanche 25 novembre 2007

Plus de 50 ans de lutte

Discours prononcé par Françoise Oulmi, lors de l’Assemblée Générale des étudiants de l’université de Pau, le mercredi 21 novembre 2007.

En tant qu’enseignante retraitée je voudrais vous parler de mon interprétation de la réforme d’autonomie des universités. Cette réforme d’autonomie des universités favorise l’investissement dans les filières scientifiques et non littéraires. L’entreprise financera davantage les universités qui sont localisées dans les endroits favorisés. On ne va pas investir dans les universités situées dans des quartiers ou des petites universités comme Pau. L’entreprise va financer davantage certaines filières, elle va imposer son dictat. Elle ne fera pas d’harmonisation, la sélection se fera de facto. Par exemple à Paris, entre le lycée Henri IV dans le 5ème arrondissement, (un des meilleurs quartiers de Paris) et celui de Bondy dans la Seine Saint Denis (93) où se trouve les immigrés, dans lesquels j’ai enseigné

Ce n’est pas normal que cette loi face une autonomie financière et donne tous les pouvoirs à un président, alors qu’il aurait été nécessaire de créer un conseil d’administration et une direction collégiale. Nous ne voulons pas d’une opportunité d’investissement pour une seule orientation, ce n’est pas démocratique. Il manque dans cette loi un projet éducatif. Il faut savoir qu’elle est la provenance des mécènes qui viennent financer l’université. Il faut qu’il y ait de l’éthique au lieu d’avoir dans une économie sociale une logique sociale. Nous avons des critères de rentabilité, il faut surveiller la provenance des fonds alloués. Nous rejetons la marchandisation dans l’université. Cette loi favorise une politique à l’américaine, au thatchérisme. Nous sommes en France et non pas en Amérique. Depuis 1789, la France a une tradition démocratique. Demos signifie en grecque le peuple. Tous les acquis sociaux gagnés depuis 45 ans sont bafoués par le président Sarkozy. Nous ne voulons pas d’une société sans culture, sans musique, sans poésie, sans esprit critique.

La vie n’appartient plus à l’homme mais à la machine, au rendement. Les attaques systématiques du gouvernement doivent cessées. Nous ne pouvons pas continuer à subir passivement, fonctionnaires, professeurs, lycéens, étudiants, travailleurs, chômeurs, « précaires », sans papiers et immigrés. Le gouvernement a modifié la carte judiciaire, beaucoup de tribunaux ont été supprimés à Pau et dans le département. En bref, la philosophie des réformes proposées est de supplanter la mission du service public de l’état hérité par un conseil de la Résistance, par des fonds privés d’entreprise, peu soucieux des logiques de solidarité et d’équité.

Le gouvernement prône sa réforme et acte son projet de réforme sur la nécessité de rentabilité de l’université au vu de situation de paupérisation de l’Université Française sur la scène internationale. Le gouvernement entant faciliter par sa réforme la pénétration et la violation par des financements privés pour redorer le blason de l’Université Française. Il ne propose rien : concernant les conditions de vie des acteurs de l’université, aussi bien des étudiants, du personnel administratif et des professeurs qui ne sont pas remplacés. En tant qu’enseignante je propose la continuité du blocage.

Par expérience personnelle quand j’étais jeune, j’étais inscrite en troisième année à la faculté de droit rue d’Assas. Je voulais être avocate des jeunes délinquants. Mais j’étais révoltée par les injustices, la misère dans les pays du Tiers-Monde, en Amérique latine, en Afrique, en Espagne. On torturait des citoyens algériens en plein Paris à la suite de contrôle d’identité. Je me suis engagée dans une organisation de résistance algérienne en France : l’organisation spéciale (dont personne n’a jamais parlé) qui voulait faire savoir au français qu’on pouvait exercer la torture en plein Paris sans que personne n’en parle. J’ai été arrêtée, assignée à résidence dans le Sud, radiée de la faculté de droit. Mais je suis restée fidèle à mon engagement politique.

Aussi je vous demande de faire un choix entre votre diplôme et la liberté démocratique.

Continuons le blocage.

Françoise Oulmi, 72 ans.

9 commentaires:

Antoine a dit…

Merci d'avoir mis ce texte ici.Ce n'était vraiment pas un discours comme les autres.

Et bravo à Françoise de nous accompagner aux manifestations.

Thibaut a dit…

J'espère au moins qu'une petite minorité aura eu l'intelligence de lire le texte, la loi et tout ce qui en découle.
Je suis étudiant de Bordeaux 3, faculté bloquée depuis 3 semaines.
Alors quand je vois que des étudiants palois se font virer des locaux administratifs parce qu'ils cassent et profitent du chauffage, ça me fait doucement rigoler.
Le pire, c'est quand on voit une foule bloquer une avenue. A la question pourquoi vous bloquez, on nous répond pour emmerder les gens, pour la loi là... Bref, pas beaucoup d'infos pour de grands branleurs qui risquent gros à bloquer tous les automobilistes, pompiers et ambulances compris.
Et maintenant, ils s'attaquent à la gare de Pau.
Décidemment, les étudiants palois sont, soit totalement abrutis, soit vraiment cons!
J'ai lu la loi, je sais de quoi je parle. J'ai ma position sur la loi et sur le blocage. Mais quand je vois des bloqueurs qui ne savent pas pourquoi ils sont là (à part glander), qui pénalisent les pompiers et les ambulances, et qui maintenant continuent de bloquer la gare après les cheminots, va falloir descender sur terre et apprendre qu'on peut revendiquer sans bloquer tous les usagers.
Enfin, il faut dire que la majorité doit à peine avoir 18 ans, ça ne m'étonne qu'à moitié.
Arrêtez de casser, de squatter, sachez de quoi vous parlez, pourquoi vous agissez, et là votre slogan: un seul mot d'ordre l'union aura sa logique parfaite et immortelle.

Marion a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Marion a dit…

cher thibault...
Je me permet de répondre à ton message parce qu'il m'a un peu bousculée. Crois le ou non en tant qu'étudiante paloise (et fière de l'être) je n'apprecie pas particulierement me faire insulter.
Reprenons point par point, tout d'abord j'ai lu la loi (oh surprise!!!) ensuite je trouverais interessant de savoir ou as tu vu mon cher que les etudiants de pau ce sont fait virer des locaux????Je crois qu'il est maintenant necessaire de me presenter quelque peu, je m'appelle marion j'ai 19 ans (oh mon dieu quelle gamine!!!j'espère que tu t'en remettra!!!)et je suis en deuxieme année d'histoire.Je ne suis pas la plus fervente partisane du blocage des locaux mais je trouve que pour l'instant il n'y a pas réellement d'autre alternative.Et au fait mon chou tu veu savoir ce que ta glandeuse préférée fais de ses journées?Elle travaille, elle étudie, elle fait des recherches et des fois elle va manifester ou participer à des actions, quant aux personnes qui occupent les locaux et ben figure toi qu'ils organisent les actions, qu'il nous proposent des films (d'ailleurs si tu veu gacher un peu de ton precieux temps consulte sur dailymotion le documentaire "université le grand soir" cela pourrait etre édifiant).Enfin je crois mon cher que tu ne connais pas tres bien la ville de pau tu ne te rends pas compte c'est une petite ville et la gene causée par nos actions n'est pas tres importante on nous remarque on nous voit mais guere plus tres cher.
Voila thibaut les informations que je peux te donner, evidemment je ne suis pas en accord total avec toutes les actions, mais je me retiens de juger sans connaitre car apres tout cela ce revelerait d'une incroyable immaturité meme pour une gamine de 19 ans, ne crois tu pas?

Thibaut a dit…

Crois ce que tu veux.
Tu parles de reprendre point par point, où est la suite?
Ce que je disais peut être condenser.
Pourquoi faire des manifestations qui gênent des pompiers et des ambulanciers, et ne pas savoir pourquoi on les fait?
La réponse: faire des barrages filtrants, avoir plusieurs banderoles, et non pas une seule repliée sur elle-même, par exemple.
Et oui, on peut revendiquer sans bloquer une ville, mais encore faut-il vraiment faire autre chose qu'agir et se permettre de réfléchir.

Une autre Marion a dit…

Cher Thibaut, tu es bien loin de l' université de pau alors comment peux tu juger?
Où as tu entendu parler de bloquer des ambulances et des pompiers? Tu ne sais peut-être pas (et ça ne m'etonnerais pas d'ailleurs) que les cas urgents peuvent passer au travers de nos blocages! Pour te donner un exemple, quand nous avons bloqué le rond point, une voiture avait besoin d'aller à l'hôpital, on l'a laissé passer, une ambulance est passée elle aussi, un camion de pompiers aussi! De plus un monsieur voulait amener son chien chez le vétérinaire, il est passé ainsi qu'un autre monsieur qui devait aller chercher sa fille malade à l'ecole! Crois-tu que nous sommes irrésponsables?
L'age n'a rien à voir là dedans! Le comité de lutte est surtout constitué d'étudiants qui ont connus la mobilisation contre le CPE.
Quand à la loi, moi aussi je l'ai lu et si tu trouves le moindre point positif j'aimerais que tu nous en face part ou alors tu es vraiment con comme tu dis!
Et puis qu'est ce que c'est que cette histoire de de se faire virer j'aimerais savoir où tu as entendu ça aussi tu m'as l'air très mal informé! Il n'y a jamais eu d'histoire de se faire virer! On entre pas dans les locaux administratif sauf avec une "invitation". On a assez des chauffages qu'on a déjà ne t'inquiete pas pour nous.
Ca m'etonne de voir que tu es de bordeaux 3 car tu as des propos d'un etudiant de droit comme quoi, les prejugés... (réfléchis va)

Thibaut a dit…

Non mais attendez là, j'ai poussé un coup de gueule.
Donc, j'ai vu une ambulance et un camion de pompier bloqués.
J'y étais.
Non, je suis ne suis pas pour la loi LRU. Mais non, je ne suis pas pour le blocage non plus.
Pour les explications (je le répète une dernière fois), les 4 filles à côté de moi (qui m'avait bloqué en voiture) à qui j'ai posé la question n'ont rien su me répondre.
Donc je me permets de penser que je suis tombé sur des incapables. De plus, pas d'affichage à part une pauvre banderole même pas dépliée.
Alors, si je me suis trompé sur la majorité des étudiants, cela se peut. Débrouillez vous donc (ce que j'expliquais dans le précédent post) pour que ceux qui savent de quoi ils parlent bloquent et soient à côté des bloqués, et mettez les autres en touche.
Cela me parait logique et normal de permettre aux bloqués de savoir pourquoi on les prend en otage. Le moins que vous puissiez faire est de les informer.
Maintenant, je ne parlerai pas de l'imbécile qui a fait 2 mètres sur mon capot pour avoir voulu être plus malin que les autres. Au lieu d'un as de la voltige, un mec ou une nana qui m'aurait dit qui était le groupe et ce qu'il voulait serait mieux passé que 4 nanas sans cervelle et un clown.
Après ça n'engage que moi bien entendu. Mais je suis étudiant, j'aime que le corps étudiant montre des valeurs, et pour l'instant c'est plutôt le contraire partout.
Alors pourquoi pas des tracts encore et toujours à distribuer aux automobilistes, pourquoi pas des infos gentilles, y'a beaucoup de choses à faire pour informer sans emmerder.
Pour la suite, je vous laisse lutter.
Moi aussi, j'ai ma lutte. Mais on est arrivé à un vote à bulletin secret.
Sur ce, rapellez vous que le post était un coup de gueule.
Et je dirai que j'ai juste été au mauvais endroit, à côté des mauvaises personnes.
Pour la suite, inch'Allah!

Merci à la deuxième Marion d'arriver à orthographier mon prénom correctement. Mais je ne suis pas en droit, raté!

Une autre Marion a dit…

Je sais que tu n'es pas en droit vu que tu viens de bordeaux 3 mais c'était juste pour te faire comprendre que les préjugés ne servent à rien. Il semblerait effectivement que tu te sois trouvé au mauvais endroit au mauvais moment car des tracts ont étaient distibués, ils sont distribués à chaque endroit que nous bloquons mais tirer des tracts coûte cher et notre budget ne suis pas toujours. Mais nous essayons d'informer au mieux les gens car c'est ce qui peut faire notre force, quant aux quatres pelées qui se trouvaient là expliques nous ce que nous devons faire, nous avons fait circuler le texte de la loi, nous faisons un debat à chaque AG qui explique le fond de la loi. Nous n'allons pas faire la police en demandant qui connait le texte et en obligant les gens à se positionner en fonction de leurs connaissances et puis un mouvement ne peux jamais être parfait. De rien pour ton prenom ;) sur ce, à la prochaine peut-etre, sans rancune et je te souhaite tout le bonheur du monde.

Thibaut a dit…

Ok sans rancune, même si.
Mais je n'ai pas de préjugés contre les palois, vu que j'en suis un.
J'ai juste vu des choses qui m'ont permis de dire ce que j'ai raconté plus haut.
Après, je comprends que ça te fasse mal au coeur que des étudiants ne sachent pas encore pourquoi ils manifestent.
Peut-être qu'un des remèdes serait de laisser ceux vraiment investis dans la lutte aux avant-postes.
Je n'ai jamais dit qu'il fallait faire la police. Une logique de placement serait normale.
Bref, je te souhaite tout le bonheur du monde... ça me rapelle un truc ça!